L'agenda culturel

musique-classique
Vendredi 18 janvier 2019

Reconnu pour la qualité très française de sa sonorité, l’Orchestre national de Lyon est aujourd’hui l’une des meilleures formations hexagonales. Piano & orchestre. Dirigé de 2011 à 2017 par l’Américain Leonard Slatkin, maestro d’excellence, lauréat de sept Grammy Awards, aujourd’hui directeur musical honoraire, l’ensemble connaît sous sa baguette un développement sans précédent, qui conduit ses 104 musiciens à de nombreuses tournées internationales, notamment à Tokyo en 2016 et au prestigieux Carnegie Hall en 2017. Fidèle aux orientations artistiques de son mentor, l’orchestre propose une soirée franco-anglaise, ayant le mérite de nous faire découvrir la musique orchestrale d’Edward Elgar, dont la célébrité actuelle se limite - hélas ! - aux sublimes mélodies de son Concerto pour violoncelle. Pleine de contrastes, sa Symphonie n°1, puise son modèle dans celles de Brahms par l’unité et la puissance du développement, sans négliger l’influence de Saint-Saëns ou de Massenet pour la clarté de son instrumentation. La première partie du concert convie en concerto le jeune pianiste Benjamin Grosvenor, dont le mariage entre la dextérité pyrotechnique et l’intelligence apollinienne a déjà conquis le public. Sous ses doigts brillent de tous leurs éclats les nombreuses arabesques du Concerto n°2 de Saint-Saëns, œuvre créée en 1868 par son auteur, lui-même virtuose du clavier. Ses trois mouvements de tempo croissant semblent cheminer de la plénitude d’une élégie, à peine hérissée de sursauts tumultueux, jusqu’à la bacchanale finale, au caractère de tarentelle napolitaine.Orchestre national de Lyon Direction Leonard Slatkin Piano Benjamin Grosvenor Darius Milhaud Le Boeuf sur le toit Camille Saint-Saëns Concerto pour piano n°2 en sol mineur Edward Elgar Symphonie n°1 en la bémol majeurPMR : 0442916979
La carte